samedi 20 mai 2017

Sandor Konya

Il fût sans doute le plus beau Lohengrin de tous les temps. Sa voix puissante, à la fois chaude et juvénile, épousait le rôle à la perfection. 
  
Né en Hongrie en 1923, Sandor Konya s'est éteint il y a un peu plus de dix ans, sous le soleil d'Ibiza.
  
S'il a laissé peu d'enregistrements, il a pourtant beaucoup chanté, pas seulement Lohengrin mais aussi Parsifal, Erik, Walther, Max dans le Freischütz, ainsi que Don Carlos, Ricardo, Radames, Cavaradossi, Pinkerton et Calaf.
  
Fidèle au Met pendant 14 saisons, Sandor Konya fût à plusieurs reprises le compagnon de scène de Régine Crespin, notamment dans Lohengrin en 1964 et Tosca un an plus tard.
  
La vidéo un peu kitsch qui suit nous le fait entendre dans l'air de la fin du 3ème acte, où le héros révèle qu'il est Lohengrin, le fils de Parsifal. Konya a un peu perdu de ses moyens, et il faudrait plutôt l'écouter dans l'enregistrement capté à Bayreuth en 1958, sous la direction d'André Cluytens, avec Leonie Rysanek, Astrid Varnay et Ernest Blanc. 
  
Mais quand même, quelle superbe interprétation. On a peut-être chanté Lohengrin aussi bien, avant ou après, mieux, ce n'est pas sûr.
  

2 commentaires:

Jean Claude Mazaud a dit…

Je découvre avec ton billet Sandor Konya...C'est vrai que la video est joliment kitch, mais je l'ai regardée et écoutée avec émotion...
Bon dimanche à tous les deux.
Amitiés
Ps : j'ai donc renoué avec Facebook...mais je ne maîtrise pas...Panique à bord !

jefopera@gmail.com a dit…

Ce n'est pas très grave pour facebook, ça m'agace aussi et je n'y vais plus beaucoup.
On a bien profité du beau temps sur la terrasse, et peut-être même pris quelques coups de soleil...